Catégories
INFOS DU DIOCESE ET D’AILLEURS

Vœux définitifs du Frère Moïse EDORH-ANANOU dans la communauté du Puits de Jacob

Partager cet article sur :

 535 ont lu cet article

Engagé comme communautaire du Puits de Jacob le 16 septembre 2017, le Frère Moïse EDORH-ANANOU a prononcé son oui définitif dans cette communauté le samedi 30 septembre 2023 à Sokodé. C’était au cours d’une célébration eucharistique présidée par l’évêque de Sokodé, Mgr Célestin-Marie GAOUA et concélébrée par quelques prêtres dont le fondateur de la communauté, le Père Bertrand LEPESANT (Jésuite) à l’espace St Ignace. On notait également la présence des membres de ladite communauté dont le modérateur, le Frère François VIGNON, celle des parents, des amis et des invités de l’élu du jour. La méditation circonstancielle fut assurée par le fondateur de la communauté. « Moïse est un homme de désir, un homme qui cherche et dont la foi dans sa recherche n’est pas vaine » a-t-il indiqué. Après l’homélie, ce fut l’engagement proprement dite. En effet, le Frère Moïse s’est engagé à observer pour toute sa vie les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Aussi s’est-il engagé à suivre pour toujours Jésus Christ et à œuvrer dans la soumission selon ses dons et capacités à la mission de la communauté. L’émission de ces vœux définitifs ont été reçus par le modérateur qui était entouré par le Père Bertrand et la Sr Véronique. Cette étape fut suivie de la remise de l’alliance et d’une prière d’intercession en faveur de l’élu du jour dans une très grande ferveur. L’animation de cette liturgie fut assurée par la chorale Christ Lumière du Monde de Kpangalam. Avant de recevoir l’information relative à sa mission dans la communauté par le modérateur, l’élu du jour a exprimé sa reconnaissance aux uns et aux autres pour leur proximité surtout pour leurs prières et leurs dons généreux. Notons que le Puits de Jacob est une communauté chrétienne nouvelle, ignatienne et charismatique fondée fin 1974 à Strasbourg(France). Elle est présente au Togo depuis le 4 janvier 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *